• ##fr##
  • ##en##

Avec la démocratisation des vis pédiculaires à partir de 1990, on a assisté dans le monde occidental à une explosion du nombre de chirurgies stabilisatrices de la colonne vertébrale lombaire.

Après quelques années, on a commencé à voir les limites de cette chirurgie des troubles dégénératifs. De nombreuses études, notamment sur le traitement de la lombalgie chronique, ont mis en évidence des problèmes liés à une dégénérescence des segments adjacents.

Par la suite, de nouveaux implants tels que les prothèses discales ont été développés dans l'idée de soulager les disques intervertébraux adjacents à une spondylodèse. L'hypothèse était qu'une fixation rigide provoquait une surcharge mécanique des segments adjacents accélérant, ainsi sa dégénérescence. Bien qu'utiles dans certaines situations, ces nouvelles technologies ont également montré leurs limites.

Il y a une dizaine d'années, des études sur des jumeaux vrais ont montré que le vieillissement du disque intervertébral était essentiellement génétiquement programmé. C'est à cette époque également que l'on s'est rétrospectivement intéressé aux courbes sagittales lombaires des patients opérés ainsi qu'à leurs paramètres pelviens. On s'est ainsi rendu compte qu'une grande partie des sujets souffrant de douleurs lombaires persistantes après une chirurgie (spondylodèse ou prothèse discale ou chirurgie non instrumentée), était caractérisée par une perturbation des paramètres spino-pelviens en position debout. Plusieurs études se sont donc attachées à comprendre ce qui différentiait l'équilibre sagittal de patients non symptomatiques de ceux qui étaient (encore) symptomatiques.

L'école française a été la pionnière dans la compréhension de ces phénomènes et certains chirurgiens ont développé un enseignement moderne de la théorie de l'équilibre spino-pelvien sagittal. De nos jours, toute approche thérapeutique chirurgicale instrumentée ou non, est généralement d'abord appréciée par une analyse détaillée de l'équilibre spino-pelvien sagittal.

L'un des buts de la fondation FASTER est de promouvoir la recherche et l'enseignement de l'analyse de l'équilibre sagittal, dans le but de pouvoir offrir un traitement sur mesure à chaque patient et d'éviter ou d'anticiper des complications mécaniques possibles. Les autres versants de la pathologie de la colonne vertébrale et en particuliers les déformations et la dégénérescence discale sont les autres axes de recherche de la fondation.